Lumière sur l’Eglise de l’Hôpital Saint-Blaise

A premier abord, la monumentalité d’une église paroissiale blottie au cœur du village de l’Hôpital Saint-Blaise surprend le visiteur. D’autant plus que le monument renferme bien des trésors : au niveau architectural comme au niveau historique. Voici 5 informations qui prouvent à quel point la visite de cette église est incontournable :

1. Ce joyau de l’architecture française porte le nom d’un Saint-Évêque guérisseur
Celui de Saint Sébaste (Saint Blaise). La légende raconte que né en 280, il fut considéré comme le plus grand guérisseur de son siècle. Une fois élu évêque, il choisit de se retirer dans les grottes du mont Argée. Mais un vaste groupe d’hommes et de bêtes le suivirent. Cet attroupement, et les qualités de rassembleur du saint, ne plurent pas au gouverneur romain Agricola. Il le jeta en prison, le tortura, et finit par l’exécuter, faute de pouvoir le faire renoncer à sa foi.

2. Sa fondation est ancienne
Elle remonte au milieu du XIIème siècle. Édifiée par les chanoines hospitalier de Sainte Christine en Aragon elle fut Initialement nommée L’hospital de misericordia. A ses débuts, l’édifice servait de relais pour les pèlerins de Saint Jacques de Compostelle.

3. Abbés et architectes ont vanté les mérites de cet édifice
L’Abbé Haristoy attira l’attention sur ce monument espagnol en terre française et l’architecte Boeswillwald – qui s’est occupé de la restauration de la cathédrale de Bayonne – encouragea la reconnaissance de l’église et favorisa son classement aux monuments historiques en 1888.

4. L’architecture de l’église est marquée par diverses influences
Celles qui se croisaient sur les chemins de Saint-Jacques de Compostelle : un judicieux mélange entre art roman et art gothique, le tout influencé par la culture hispano-languedocienne. Ce mélange se remarque notamment lorsque l’on se penche sur l’architecture de ses voûtes.

5. De nombreux pèlerins se ruent vers l’église au XVIème siècle
Le pèlerinage à l’Eglise de l’Hôpital Saint Blaise est l’événement principal du village : il réunit des centaines de pèlerins, le prêtre, et parfois même l’évêque. Tous ont fait le chemin pour la même raison :  pouvoir suivre les rites de bénédiction et les prières pour demander la protection de Saint Blaise sur les hommes et les troupeaux. Le rassemblement s’achève par le baiser sur le reliquaire de Saint Blaise. Les anciens se souviennent encore de l’époque où l’église ne pouvait contenir tous les fidèles lors de la réunion du premier dimanche de février. Aujourd’hui, ce pèlerinage rassemble encore 100 à 150 personnes.

Après avoir tant œuvré pour la sauvegarde de leur patrimoine – qui a aujourd’hui recouvré son allure d’antan – les habitants ont mis en place des visites de l’église dans un profond respect du lieu.

Pour venir admirer cette église qui déborde de richesses à la fois historiques et architecturales et en apprendre bien plus encore, adressez-vous à l’Eglise de l’Hôpital Saint-Blaise.

Rendez-vous sous le porche.

Comme j’ai la chance de pouvoir me poser un peu partout et donc de voir le Pays basque à la loupe, j’ai décidé de vous en faire profiter. Ce soir je vous donne rendez-vous sous un porche basque. Mais lequel ? Pour me rejoindre suivez les indications ci-dessous. J’espère que vous ne me ferez pas attendre trop longtemps, je suis un peu impatiente… Combien de temps mettrez-vous à me retrouver ?

Atterrissage : Je viens d’arriver. Il pleut, je me réfugie au chaud sous le porche en vous attendant. Faites-vite. Vous le reconnaîtrez, il est fait de pierre calcaire.

A l’affût : Je ne vous vois toujours pas. Au fait vous ai-je dit que son portail est étonnant car il n’est pas en harmonie avec le reste de l’édifice ? J’ai hâte de vous voir arriver. Tiens le soleil vient se montrer.

Espoir : Je vois une silhouette planer, et elle ressemble étrangement à la vôtre. Serait-ce vous ? Ah, raté, elle ne fait que passer. Revenons à ce porche, je viens d’apprendre que son tympan est le seul élément d’origine et représente une des scènes les plus courantes dans la sculpture romane : le Christ en Majesté.

Impatience : Depuis le temps que je vous attends, j’ai pu remarquer que le Christ est entouré d’un mandorle symbole de la divinité. Ah ! Et aussi, qu’est ce que je distingue là… il est assis sur un trône une main levée et l’autre tenant un rouleau.

Précisions : Je crois aussi que 4 figures l’entourent, un ange en haut à gauche, un aigle (notre pire cauchemar) en haut à droite, un lion en bas à droite, et un taureau en bas à gauche. Ça vous aide ?

Vertiges : J’ai une vue pigeonnante sur les gens qui entrent et qui sortent. Ça commence à me donner le tournis. En plus le vent commence à souffler dans mes plumes. Où êtes-vous? Ce que ces figures symbolisent? (Depuis le temps que je vous attend j’ai eu le temps de me renseigner) Toutes ensembles, elle se nomment « Tétramorphe », et sont à la fois associées à 4 évangélistes, aux 4 vivants symboles de la création, et aux 4 points cardinaux qui représentent le monde.

Frissons : Il commence à faire froid, en plus d’un sac de graines, habillement chapardé dans un sac de courses près d’ici, j’ai réussi à me procurer ce bout de papier… si ça peut vous aider : 

Désespoir : La lumière du jour devient de plus en plus faible, que puis-je vous dire de plus ? Ah, j’oubliais l’essentiel, c’est peut être pour cela que vous ne m’avez pas trouvé. Le porche est actuellement en cours de restauration (nettoyage + patinage) afin qu’il puisse s’intégrer le mieux possible à l’édifice. Et pour que vous me reconnaissiez, je me suis taillée les griffes et je porte la bague bleue que vous m’avez offerte. C’est qu’il y a du monde ici !

Soulagement :  Ah je crois que je vous vois ! Vous volez à toute allure! Attention le  réverbère…

Réception : Vous voilà enfin ! Mon pauvre petit pigeonneau ! Pas trop sonné ? Où étiez-vous ? Encore sur la place du village à picorer les morceaux de pain égrainés par mamie Denise je parie ! Venez tout contre moi, et gonflez vos plumes. Plus romantique qu’un pigeonnier pour passer la nuit n’est-ce pas ? En plus je trouve que cet endroit a un petit quelque chose de sacré.

Où se sont donnés rendez-vous nos deux petits pigeons ? Vous avez une idée ?

Volez sous la photo pour connaître la réponse :

ǝsıɐlq ʇuıɐs lɐʇıdôɥ,l ǝp ǝsılƃé,l ǝp ǝɥɔɹod : ǝsuodéɹ

Pélerinage de la Saint-Blaise

Comme chaque année, le 3 février fête la (ou les) Saint-Blaise, l’occasion pour notre église préférée de célébrer son saint, martyr du même nom. Retour sur cet homme à la vie bien mouvementée ! Et qui fait tout de même l’objet d’un pèlerinage, et ça ce n’est pas rien.

Bon, que sait-on de notre homme ? Qu’il était arménien, et qu’il était évêque, mais aussi médecin. Médecin spécialiste, s’il vous plaît, spécialisé dans… les objets coincés dans la gorge ! Défilaient dans son « cabinet » les amateurs de poissons dont une vilaine arête s’était logée dans la gorge. Et oui, bien pratique vous vous dîtes ! Mais maux de dents et maladies des animaux faisaient également parti de son palmarès médical.

Notre saint, de son autre nom Blaise de Sébaste, était aussi le patron de la ville croate de Dubrovnic, dans laquelle il serait apparu depuis les airs (oui oui, les airs, là-haut). Sauveur bienveillant, il se serait donné pour mission de prévenir les habitants d’une attaque imminente des Vénitiens. En 971 (après Jésus-Christ), la vie connaissait déjà moultes intrigues.

Enfin, écoutez bien, c’est maintenant que l’histoire se corse. Persécuté, Saint-Blaise se cache dans une caverne et y vit en ermite, entouré d’animaux dont certains se font soigner, d’autres manger (il fallait bien que notre homme subsistât ). Un jour (pas comme un autre), le gouverneur local, en pleine partie de chasse, tombe sur la grotte et sur l’ermite entouré de ses acolytes animaux. Notre homme est découvert ! Alors que le gouverneur décide de le ramener avec lui, Saint-Blaise sauve un enfant en cours de route qui avait avalé une arête de poisson (encore une !) et règle son compte à un loup voleur.

Arrivé à destination et ne pouvant obtenir de Saint-Blaise qu’il abjure ses croyances, le gouverneur le jeta en prison. Rien moins que ça. Plus tard, l’horrible homme d’état entama des tortures sur notre saint, à l’aide de peignes de fer, avant de le jeter dans un étang. Mais loin d’être en manque de ressources, Saint-Blaise fit rapidement un signe de croix, et, ni une ni deux, la surface de l’étang devint solide.

C’en était assez pour le gouverneur, qui décida net de le décapiter. Et cette fois ce fut la fin, la vrai. Saint-Blaise était mort en martyr. Il demanda alors à Dieu que quiconque l’invoquerait pour un mal de gorge ou une autre maladie fût exaucé, et cela lui fut accordé. Une dernière faveur, bien méritée.

En savoir plus sur l’église de l’Hôpital Saint-Blaise, classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco sur le chemin de Saint-Jacques.

Eglise de l’hôpital Saint-Blaise : mi-romane, mi-mauresque

Nichée discrètement dans la campagne souletine, l’église de l’Hôpital Saint-Blaise étonne par le contraste entre sa simplicité et son originalité. Petite, mais trapue. Discrète, mais présentant des éléments majeurs d’influences hispano-mauresques. Peu connue, mais classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Ce qui frappe le plus au premier abord, c’est sans doute la simplicité de l’édifice. Et pourtant, chaque coup d’oeil appuyé permet de repérer rapidement les influences diverses dans la construction, parfois majeures. Hispano-mauresques par exemple, comme sa célèbre coupole. Située à la croisée du transept, elle en est l’exemple le plus impressionnant. Prenez le temps de la regarder en détail, vous y différencierez trois étages différents. C’est cette coupole qui rappelle le plus l’Espagne musulmane. Les connaisseurs y reconnaissent rapidement le style utilisé dans des édifices comme la Mosquée de Cordoue ou l’ancienne mosquée Bâb al-Mardûm de Tolède. Au nord des Pyrénées, seules les églises de l’Hôpital Saint-Blaise et celle de Sainte-Croix d’Oloron possèdent une coupole nervée de ce type.

L’influence hispano-mauresque se ressent également dans la présence de décor sur les Claustra de l'église de l'hôpital Saint-Blaiseouvertures de l’église. Traits caractéristiques, celles-ci sont ornées de claustras : neuf dalles de grès sculptées et ajourées. Motif géométriques ou floraux, entrelacs, gouttes ou étoiles à cinq branches… une telle abondance et une telle variété de motifs dans une église romane sont uniques en France ! L’influence est ici sans appel, c’est bien en Espagne que l’on retrouve le plus de claustras de ce type, comme à l’église de Torres del Rio en Navarre, celle de San Miguel de Lillo dans les Asturies, ou d’autres encore en Aragon.

Comme pour parfaire l’originalité et la mixité du lieu, l’église possède également des éléments baroques. Transformations apportées à partir du 17ème siècle, après les dégradations des guerres de religion. Les amateurs d’art noteront la tribune en bois située au-dessus de la nef, réservée aux hommes comme le veut la société basque qui laisse l’accès au sol de l’église aux femmes, gardiennes du culte des morts. L’influence baroque s’affiche également dans le choeur de l’église, où le retable de style baroque rural naïf (courant dans la région à cette époque) célèbre Saint-Blaise, ancien médecin devenu évêque en Arménie et décédé martyr en 316.

+ Découvrir l’église de l’Hôpital Saint-Blaise

Les Journées du patrimoine au Pays Basque

Invitation à la découverte et à la curiosité, la 29ème édition des Journées du Patrimoine les 15 et 16 septembre prochains, se déclinera sous le thème des « Patrimoines cachés ». Comme partout en France, les Journées du patrimoine en Pays Basque sont l’occasion d’offrir l’accès à la culture à tous, mais également de permettre aux locaux de redécouvrir leur territoire. Sites et Musées en Pays Basque vous ouvrent leurs portes.

Hildegarde von bingenChâteau d’Urtubie à Urrugne
A l’occasion des Journées du Patrimoine, le Château d’Urtubie ouvrira ses portes pour une visite guidée spéciale à tarif réduit. La visite du château se fera alors en deux parties :
>> La visite du parc avec sa chapelle du 17ème, sa salle de bain du 19ème et son orangerie du 18ème où se tient une exposition sur « Les Plantes qui soignent » d’après l’œuvre de Hildegarde de Bingen, abbesse allemande vivant au XIIème siècle.
>> La visite des remparts avec l’explication de l’architecture du château et de son histoire, suivie de la visite intérieure des 4 salons.
Durée : 1 heure environ
Tarif réduit pour les adultes : 5€ au lieu de 6,50€
Gratuit pour les enfants de moins de 16 ans.
Horaires des visites : de 10h30 à 12h30 et de 14h à 18h30.
+ Renseignements auprès du Château d’Urtubie.

Coupole de l'église de l'Hopital Saint-BlaiseEglise de l’Hôpital Saint-Blaise
Bien trop souvent, l’accès au patrimoine se fait au niveau du sol, et à cette occasion, l’église de l’Hôpital Saint-Blaise vous invite à gagner en altitude pour découvrir un élément de son architecture rarement accessible: son clocher.

Les visites auront lieu toutes les heures de 10h à 18h (départ de la dernière visite) et commenceront par un voyage dans le temps avec un Spectacle « Son et Lumière » à l’intérieur de l’église. La découverte se poursuivra par la visite du clocher suivie d’une visite guidée extérieure pour observer l’architecture atypique du monument. Pour finir, ceux qui le souhaitent pourront partir en balade le long du sentier aménagé aux abords de l’église et flâner le long du ruisseau Le Lausset, jusqu’à l’ancien moulin à eau du XVIIè siècle.
Tarifs : 4€ pour les adultes et 2€ pour les enfants
+ Renseignements et inscriptions auprès de l’Eglise de l’Hôpital Saint-Blaise ou au 05 59 66 07 21.

Portrait projeté sur la façade du Musée Bonnat-Helleu - Nuit des Musées 2012Musée Bonnat-Helleu, Musée des Beaux-Arts de Bayonne
Visites au sein de l’hôtel de ville de Bayonne, place de la liberté, entrée gratuite.
« Quand l’hôtel de ville était un musée: à la redécouverte d’oeuvres oubliées ».
Visite commentée, par l’équipe scientifique du musée, des tableaux présents dans les salons de l’hôtel de ville.
Samedi 15 septembre à 11h et dimanche 16 septembre à 15h et 16h30.
Présentation de photographies sur la façade du musée (Musée fermé mais musée en action ! gestes et activités en images)
+ Renseignements auprès du Musée Bonnat, Musée des Beaux-Arts de Bayonne.

Portrait d'Edmond RostandVilla Arnaga à Cambo-les-Bains
Dans le cadre des Journées du Patrimoine, la Villa Arnaga organise des ateliers pour les enfants sur la thématique du jardin. Les ateliers sont destinés à appréhender de façon ludique le monde végétal. Maquillage, repérage des essences d’arbres, visite des 5 sens, faire un herbier, teindre avec les plantes, cuisson nature, imaginer son jardin, cabanes. Tout un programme !

Gratuit pour les jardins et les ateliers. 4€ pour la Villa (gratuit – de 12 ans)
Samedi et dimanche de 9h30 à 18h.
+ Renseignements auprès de la Villa Arnaga.

Soldat à la prison des EvequesJournées du Patrimoine à Saint-Jean-Pied-de-Port
A l’occasion des Journées du Patrimoine, la municipalité de Saint-Jean-Pied-de-Port vous invite à découvrir l’Histoire et le Patrimoine culturel de la cité médiévale.

Arpentant les rues pavées du cœur historique, les maisons aux façades décorées de linteaux sculptés dans le grès rose de l’Arradoy s’offriront à votre regard. Vous pourrez suivre les pas des soldats de la garnison militaire en empruntant le chemin de ronde menant de la porte de Navarre à la porte Saint-Jacques et continuer votre balade sur les hauteurs jusqu’à la Citadelle.

Des visites commentées gratuites vous seront proposées durant tout ce week-end, placé sous le signe de la Culture, vous permettant de découvrir la cité fortifiée et la Citadelle de Saint-Jean-Pied-de-Port.
>> Visite commentée de la Citadelle, le samedi 15 et dimanche 16 septembre à 10h00 et à 16h00
>> Gratuité de l’entrée à la Prison des Evêques, le samedi 15 et dimanche 16 septembre
>> Samedi 15 septembre à 18h30 à la mairie de Saint-Jean-Pied-de-Port, conférence de >> Antton Curutcharry « 1512-1522 : 10 années pour conquérir la Navarre »
>> Samedi 15 septembre à 20h30 à l’église Notre-Dame, concert gratuit de chants basques avec l’otxote Lurra.
>> Gratuité du Petit Train Touristique, samedi et dimanche

+ Renseignements auprès de la Prison des Evêques.

Un calmar géant au bathyscaphe de la Cité de l'OcéanCité de l’océan à Biarritz
A 11h30 et 15h (les 2 jours) : conférence sur le Gouf de Capbreton par Antoine Deshoulliers (animateur scientifique)
Cette conférence s’appuiera sur deux univers de la Cité de l’océan (le bathyscaphe et la radiographie du Gouf de Capbreton) et sera incluse dans le tarif de l’entrée (tarifs habituels).

+ Renseignements auprès de la Cité de l’Océan.

 

Poisson scorpionMusée de la Mer Aquarium de Biarritz
A l’occasion des journées du patrimoine, le Musée distribuera à l’entrée un feuillet retraçant l’histoire du bâtiment et la conversation des choses d’époque (Architecture Art-Déco, fresque Sauvage, fontaine Cazaux…). Le feuillet est distribué pour tout achat d’entrée (tarifs habituels).

+ Renseignements auprès du Musée de la Mer.

 

Pommeaux de makilas au Musée Basque et de l'Histoire de BayonneMusée Basque et de l’Histoire de Bayonne
Pour ces Journées Européennes du Patrimoine, les amis du Musée Basque partageront avec vous leurs petits secrets…
Samedi 15 et Dimanche 16 septembre à 10h30, 11h30, 14h30 et 15h30. Les visiteurs découvriront, entre autres, une sélection d’objets tirés des réserves du musée présentés par les membres de la SAMB et par l’équipe du musée.

+ Renseignements auprès du Musée Basque et de l’Histoire de Bayonne.

Pelotari à l'écomusée basque Jean VierEcomusée Basque à Saint-Jean-de-Luz
Si vous êtes de passage à Saint-Jean-de-Luz, profitez des Journées du Patrimoine pour bénéficier de rabais à l’Ecomusée Basque Jean Vier.
Tarif adulte : 6€ au lieu de 7,50€.
Tarif enfant : 3,20€.

+ Renseignements auprès de l’Ecomusée Basque.

L’église qui n’avait pas sa pareille au Pays Basque

L’église de l’Hôpital Saint-Blaise. On y faisait autrefois halte avant la difficile traversée des Pyrénées. On s’y arrête aujourd’hui pour se plonger dans l’histoire des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle.

L’église de l’Hôpital Saint-Blaise est tout de même la seule église basque à mélanger autant les styles. Comme quoi les hommes et l’histoire ont su ancrer leur trace dans la pierre, quelque soit l’époque. Et c’est indéniablement ce qui donne du sens à ce lieu, classé depuis 1998 au Patrimoine Mondial de l’UNESCO comme site majeur sur les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Coupole de l'église de l'Hopital Saint-BlaisePetite check list d’une église pas comme les autres :
+ Son architecture mélange l’austérité romane à l’exubérance hispano-mauresque
+ Son clocher-lanterne central est unique au Pays Basque
+ Ses claustras mudejar de type moucharabiehs apportent une lumière chaude et tamisée
+ Une partie de la charpente actuelle date du 12ème siècle !
+ Sa coupole d’origine hispano-mauresque est inspirée de la mosquée de Cordoue, édifiée au 10ème siècle.
+ Sa coupole repose sur des arcs entrecroisés en étoile dont les branches reposent sur des corbeaux moulurés.

Comment, vous n’avez pas encore envie de découvrir ce joyau idéalement situé au cœur d’un joli vallon boisé ?

+ Visiter l’église de l’Hôpital saint-Blaise