Pierre dit « Périco » Ribera danse le fandango

Il est l’auteur d’un des tableaux les plus connus au Pays Basque, Pierre dit « Périco » Ribera peint la superbe huile sur toile « Le fandango à Saint-Jean-de-Luz » en 1900. Retour sur cet oeuvre avec le Musée Basque et de l’Histoire de Bayonne.

Né à Madrid, Pierre Ribera fait ses études à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris où il est l’élève du Bayonnais Léon Bonnat et d’Albert Maigan. « Périco » est un surnom qui lui vient du chalet que sa famille avait acquis quai Ravel à Ciboure, dés 1862.

Le peintre, paysagiste et portraitiste, expose ce tableau sous le titre de « Danse Nationale » au Salon des Artistes Français à Paris en 1900. La peinture met en scène des couples dansant le fandango sur la place Louis XIV à Saint-Jean-de-Luz, dont on aperçoit les maisons d’armateurs, principalement celle de Haraneder, dite Maison de l’Infante.

Le fandango, de Ribera

Le fandango est une danse adaptée au Pays Basque au 19ème siècle à partir d’une danse espagnole, vraisemblablement andalouse, qui connaît un grand succès en Europe depuis la fin du 18ème siècle. Proche cousin de la jota aragonaise, le fandango est dansé à Paris et à Naples -sous le nom de Tarentaise. Il apparaît en Labourd vers 1870. A cette époque, il fait partie des danses dites « modernes », comme la polka et les quadrilles ; il diffère des danses traditionnelles car il est dansé comme un divertissement, sans revêtir de costumes spéciaux, comme l’atteste ce tableau montrant des personnages habillés (et coiffée pour la jeune fille du premier plan) à la mode 1900. Le fandango connaît un grand succès sur la côte basque au début du 20ème siècle et devient une image emblématique du Pays Basque.

En cadrant cette scène dans un paysage labourdin, en lui donnant le titre de « Danse Nationale », Périco Ribera inscrit son tableau dans le mouvement régionaliste qui, dés la fin du 19ème siècle, s’attache à montrer le caractère identitaire des coutumes et traditions basques.

Le succès obtenu par ce tableau incite l’artiste à le reproduire de nombreuses fois pendant des années, en l’adaptant à la mode du jour et au goût du commanditaire. Il en ainsi existe de nombreux exemplaires, qui fonctionnent comme des « cartes postales », reproductions peintes d’un thème touristique actualisé en fonction de l’époque. Le Musée Basque et de l’histoire de Bayonne en expose une version de 1930 : jupes raccourcies et teints hâlés, façades labourdines à Urrugne pour décor et txistularis, musiciens venus du Pays Basque d’Espagne qui apparaissent à cette époque en Labourd.

Donné au Musée des Beaux-Arts d’Angers en 1901, ce tableau rebaptisé par la suite « Fandango à Saint-Jean-de-Luz », a été mis en dépôt au Musée Basque et de l’histoire de Bayonne en 2004.

+ Vous pouvez admirer ce superbe tableau d’une taille de 172×253 cm au Musée Basque et de l’histoire de Bayonne.
+ Si vous aimez la peinture et les peintres basques, nous vous invitons à lire l’article sur Ramiro Arrue ou sur Henri Zo.

Les commentaires sont fermés.